Portrait de Bemvinda Khang, Fondatrice de Limbola Magazine

 

Quels que soient les chemins que nous empruntons, le plus important est de retrouver ce que l’on aime vraiment et ce qui nous identifie réellement.

Lorsque j’ai fait la connaissance de Bemvinda, j’ai tout de suite été fascinée par sa capacité à mener de front sa carrière de journaliste, la gestion de son magazine Limbola (dont elle est la Directrice de publication) ainsi que ses études en administration et gestion d’entreprise.

D’autant plus que cette jeune femme de 22 ans prend le temps de s’intéresser à ceux dont on ne parle qu’en termes de chiffres (je veux parler des entrepreneurs) et de partager leurs témoignages dans le but de faire naître des vocations chez ceux qui voudraient se lancer…

Portrait d’une femme extraordinaire qui donne la parole aux personnes (pas) ordinaires.

 

Bonjour Bemvinda. Peux-tu nous parler un peu de toi ?

Il y a trois ans, j’ai quitté mon pays d’origine – le Congo – pour la France où je suis venue préparer ma Licence en administration économique et sociale que je devrais obtenir en juin prochain.

Une fois ce diplôme en poche, je prévois de m’orienter vers un Master en management stratégique des entreprises.

Je m’intéresse également à tout ce qui touche à l’entrepreneuriat et notamment à l’accompagnement à la création d’entreprise, étant moi-même porteuse de plusieurs projets.

A côté de cela, je suis la fondatrice et la directrice de publication de Limbola, un magazine de partage d’expériences entrepreneuriales qui s’intéresse à l’Humain et non uniquement aux chiffres.

J’y parle des difficultés ainsi que des réussites que peuvent rencontrer les entrepreneurs, dans le but d’aider les jeunes à s’identifier à eux et de les inciter à se lancer.

 

Comment t’est venue l’idée de créer ton magazine, Limbola ?

L’envie de lancer ce magazine est née en novembre 2015, au moment où je vivais des moments difficiles et où je cherchais une activité pour me distraire, sans savoir laquelle.

Un jour où je me baladais dans les rues de Lyon, je suis tombée sur un artiste pas comme les autres qui peignait les yeux dans le vide, sans regarder quelque chose de particulier.

Très intriguée par cet homme, je me suis approchée pour lui parler et lui demander ce qu’il faisait…

Il m’a d’abord confié qu’il était comptable, ce qui a bien sûr piqué ma curiosité ! J’ai alors commencé à l’interroger sur sa vie et à noter tout ce qu’il me disait.

Cet homme m’a donc expliqué qu’il faisait de la comptabilité et qu’il adorait la peinture. Il avait installé son atelier chez lui et espérait pouvoir dévoiler un jour son travail dans une exposition…

J’ai compris alors que, quels que soient les chemins que nous empruntons, le plus important est de retrouver ce que l’on aime vraiment et ce qui nous identifie réellement.

Cet échange passionnant m’a donné envie de partager l’expérience de personnes comme lui, afin que les personnes qui ont peur de se lancer – et en particulier les étudiants – puissent s’identifier à des personnes qui leur ressemblent.

J’ai donc commencé par créer une page Facebook sur laquelle je publie depuis plusieurs mois les témoignages d’hommes et de femmes entrepreneurs.

A côté de cela, je travaille (en même temps que mes études) sur le lancement du site internet de Limbola, qui devrait voir le jour d’ici l’été prochain.

⇒ Vous pourriez également être intéressée par d’autres parcours de femmes inspirantes

 

As-tu déjà été confrontée à des obstacles au cours de ta vie ? Comment les as-tu surmontés ?

Lorsque je suis venue en France pour mes études, je suis passée par des moments très difficiles sur le plan émotionnel.

Je n’avais jamais quitté ma famille ou mon continent et cela a été un véritable choc d’arriver dans un pays où je ne connaissais personne.

Pendant 3 mois, j’ai été très affectée par cette situation : je ne savais plus sourire, j’avais perdu mes repères et je me sentais terriblement seule… Bref, j’avais du mal à trouver ma place.

Un matin, je me suis réveillée et j’ai eu un déclic. Je me suis dit qu’il était temps d’aller de l’avant et de passer à autre chose.

C’est grâce à mes forces intérieures que j’aie pu surmonter cette épreuve et continuer à avancer.

Sur le plan professionnel, j’ai rencontré des difficultés lorsque j’ai commencé à travailler sur mon magazine.

J’étais pleine d’enthousiasme à l’idée de lancer Limbola et je me suis retrouvée confrontée à des personnes qui se disaient intéressées par ce que je faisais mais ne partageaient pas la même cause que moi.

Comme je suis très sensible, j’ai été profondément touchée par cette situation.

Alors comme je suis très croyante, j’ai beaucoup prié et j’ai pris le temps de digérer tout cela.

Cela m’a permis d’accepter les comportements qui allaient à l’encontre de mes valeurs et de trouver un terrain d’entente pour gérer les conflits.

Ce qui m’a beaucoup aidé aussi, c’est que je suis une personne très optimiste. J’essaye de me dire que les choses ne peuvent pas toujours se faire comme je le veux et que je dois passer à autre chose.

Je crois sincèrement qu’il faut essayer d’analyser les raisons pour lesquelles on a échoué et faire preuve de bienveillance envers soi-même.

Quand cela m’arrive, je me dis que la prochaine fois j’essayerai d’avoir moins peur, que cela ira.

 

Avec le recul, aurais-tu fait les choses différemment ?

Je crois que je n’aurais pas passé ces trois mois de ma vie à me morfondre et à m’apitoyer sur mon sort.

J’aurais dû prendre plus de recul par rapport à ce que je vivais à ce moment là, cela m’aurait permis de ne pas me couper du monde comme je l’ai fait.

 

Décris-moi ta plus grande réussite ?

Ma plus grande fierté est d’avoir réussi mon année d’études brillamment alors que le système scolaire français est très différent du système congolais !

J’ai dû tout réapprendre (notamment l’histoire de France) et relever le challenge de faire les choses d’une autre manière, ce qui n’a pas été facile.

Je n’oublierais jamais ma première année passée en France et ces trois mois difficiles que j’aie vécus, car ils m’auront permis de réaliser que l’on peut passer très rapidement du bas vers le haut.

 

Selon toi, quelles sont tes principales ressources et comment t’aident-elles au quotidien ?

Je suis très optimiste et j’arrive à garder la foi dans toutes les situations.

Même quand les choses ne se passent pas comme elles le devraient, je crois toujours que cela va s’arranger. Cela me permet de moins stresser et de ne pas me laisser envahir par les émotions négatives.

 

Quels sont tes projets pour les mois et les années à venir ? Comment comptes-tu les mettre en œuvre ?

En ce qui concerne Limbola, j’aimerais développer un concept de partenariats avec des personnes qui pourraient représenter le magazine à l’étranger.

Pour le moment, j’ai commencé à mettre en place ce projet dans mon pays (la République Démocratique du Congo) où j’ai déjà des contacts au sein de la Fédération des Entreprises du Congo qui disposent de studios et bureaux qui peuvent accueillir des journalistes.

Je suis également en discussion avec une traductrice à Londres qui m’aidera à retranscrire mes articles en anglais, car je souhaite vraiment donner une dimension internationale à mon magazine.

Actuellement, je termine ma licence ce qui me prend beaucoup de temps. Une fois que je l’aurais obtenue, je prévois de me consacrer entièrement au développement de Limbola.

A plus long terme, disons d’ici 5 ans, j’aimerais me lancer dans la télévision et animer une petite chronique sur l’entreprenariat.

Je voudrais descendre dans la rue pour interviewer les entrepreneurs et les petits artisans directement sur leur lieu de travail, être très participative.

 

Pour finir quel conseil donnerais-tu à une personne qui aimerait changer de vie, se réaliser ?

De ne pas avoir peur et de se lancer pour faire ce qu’elle aime vraiment !

J’ai eu peur au début de faire n’importe quoi et des réactions des autres.

Souvent les gens m’ont fait ressentir que j’étais « à part » : la fille qui aime étudier, la fille intelligente, celle qui veut se faire remarquer au travers du magazine… sans essayer de me connaître vraiment et de comprendre que je voulais juste changer les choses.

Aujourd’hui, je n’ai plus peur des réactions et des critiques négatives des gens. Je me dis que cela construit et alors je me lance.

Retrouvez Bemvinda sur la page Facebook de Limbola Magazine.

Vous traversez un changement ou une phase de transition dans votre vie ?
Vous avez le sentiment de passer à côté de ce qui est vraiment important pour vous, sans comprendre ce qui vous manque ? De stagner dans votre vie et de ne plus savoir qui vous êtes vraiment ?
Échangeons lors d’une séance découverte, demandez votre rendez-vous gratuit en CLIQUANT ICI.

 

https://www.sens-okare.com/wp-content/uploads/2016/04/portrait-bem-khang.png
2018-10-31T14:36:41+00:00By |Femmes inspirantes|

About the Author:

Bonjour, je suis Julia Mouftiez ! Je suis coach en épanouissement personnel certifiée par l'École Française de Sophrothérapie et la Fondatrice de Sens O'karé. J’aide les femmes à retrouver un équilibre entre les différents domaines de leur(s) vie(s) et s'épanouir sereinement au quotidien. C'est pour elles que j'ai créé des programmes pour revenir à ce qui leur est essentiel, reprendre confiance en elles, retrouver une harmonie intérieure et s'autoriser à vivre pleinement leur vie. Par ailleurs, je suis maman de deux garçons, blogueuse et passionnée par le développement personnel.

Leave A Comment